Help Me

L’association chrétienne Brothers in Arms a pour vocation d’aider les jeunes neo-zélandais en difficulté à trouver leur vocation. Ce sont des « mentors » volontaires qui s’occupent de ces jeunes âmes en perdition.
Afin de sensibiliser au travail de l’association, mais également de recruter de nouveaux mentors, l’agence Ogilvy Auckland a fait appel à l’artiste FDKNS pour réaliser un graffiti publicitaire.
L’idée de cette campagne n’est pas basée sur un insight, mais bel et bien sur un préjugé : les jeunes qui font des graffitis ont un comportement antisocial qui peut s’apparenter à un appel à l’aide.
Ainsi l’artiste a réalisé une fresque entièrement composée de l’interjection « Help Me ».




source : BestAds + NZHerald

6 commentaires

  1. Très bon. J’ajouterais que la manœuvre peut avoir l’effet inverse. Quel que soit l’objectif d’un graffiti, j’ai la forte impression que ce mode d’expression (bullshit dit comme ça, il est vrai que ça suscite débat) est souvent dénigré.
    On dit aussi que la pub rattrape toujours la rue…

  2. Fidèle lecteur de ton blog je me pose une question: quelle est la différence entre le street marketing et le guerilla marketing? Si tu pouvais m’éclairer là-dessus…
    Merci beaucoup

  3. Pierre Ayroles 29 Sep 2010 à 16:42

    @Julie, effectivement, pour moi il s’agit d’une opération qui se joue grossièrement d’un idée reçue…

    @Max, tout d’abord merci pour ta fidélité (cette phrase est aussi cliché qu’absurde).
    Pour ce qui est de la différence entre ces deux moyens de communication, les définitions présentes sur le web sont très contradictoires. Je ne peux t’apporter la vérité, seulement mon opinion.

    Pour moi le street marketing peut être perçu de deux manières, une micro et une macro :

    – d’un point de vu sémantique, le terme peut être une sorte de catégorie reine regroupant tous les autres moyens de communication de rue (ambient, guerilla…).
    – si on y regarde de plus près, les opérations dites de « street marketing » sont généralement des opération plutôt simplistes assez peu créative (échantillonage, distributions de flyers…)

    Mon avis penche vers l’approche micro, les agences dites de street marketing, vendent en majorité ce type d’opération assez basiques.

    Le street marketing est donc pour moi assez loin de la publicité créative, et se rapproche beaucoup plus du marketing direct type ISA, mailing.

    Pour ce qui est de la guérilla marketing, certains citerons l’oeuvre de Jay Conrad Levinson, qui explique les diverses techniques pour gagner en efficacité : en gros il s’agit de différentes techniques adaptées aux petites entreprises ne disposant pas d’un gros budget publicitaire.

    Il ne me semble pas que cette définition soit encore d’actualité, la guérilla marketing est – encore une fois selon moi – l’utilisation de techniques et de supports de communication « interdits ».
    Il va par exemple s’agir de communiquer directement sur la publicité d’un concurrent, ou encore d’utiliser le support dédié aux campagnes électorales.

    J’espère avoir éclaircit ta perception.

  4. Merci de ta réponse.
    Donc, selon toi, la différence entre le street et le guerilla est juste une question de légalité?
    Pour toi, une campagne de street marketing ne peut pas être créative?
    Prenons un exemple, ton article « PETA ensanglanté »: c’est du street ou du guerilla? Car c’est innovant mais légal (si je ne me trompe pas).

  5. Pierre Ayroles 29 Sep 2010 à 17:04

    Pour le coup je l’ai classifié dans PR Stunt car il s’agit ici d’un simple coup de pub.
    Si je devais choisir, je dirai que c’est plus de la guérilla dans le sens où mettre des gens nus et ensanglantés dans la rue semble être à la limite de la légalité.

    Pour étayer mes arguments je vais te donner deux exemples qui reflètent parfaitement mon point de vue :

    Guérilla :

    http://www.paper-plane.fr/2010/03/guerillaz/

    (affichage sauvage et utilisation des supports pour affiches électorales)

    Street marketing :

    http://www.paper-plane.fr/2009/09/chienlion/

    (simple échantillonnage, même si la mise en scène est accrocheuse et assez créative)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Hormis "Site Web", tous les champs sont obligatoires.