Abribus théâtral

Adelaide Film Festival se réunit tous les ans en Australie. Pour marquer le coup cette année, l’agence Clemenger BBDO a imaginé une campagne intégrant un détournement d’abribus. L’idée est de transformer ce moment d’attente en une petite séance de projection, et l’agence n’a pas lésiné sur les moyens. L’abribus est équipé de sièges et de rideaux de théâtre mais également d’une télévision retransmettant tous les soirs les trailers des films projetés.
Une opération ponctuelle certes, mais très impactante et exploitant intelligemment le concept de wait marketing.


source : CampaignBrief + AdelaideNow

4 commentaires

  1. Bonjour,

    « Une opération ponctuelle certes, mais très impactante et permettant une très belle opération de wait marketing. »

    Le verbe « impacter » ne s’emploie absolument jamais dans le cadre dans lequel vous l’employez. C’est une déformation marketing absolument horrible, un massacre de notre belle langue française.

    Je me permets de vous suggérer quelque chose de plus agréable à lire :
    « Une opération ponctuelle certes, mais très efficace et permettant une très belle opération de wait marketing. »

    Dans la même veine parler de « wait marketing » est, là aussi, un massacre de notre belle langue française. C’est très curieux, parce que vous ne faites pas de faute d’orthographe dans votre blog, (et c’est aussi rare que louable). Pourquoi ne pas dire en clair et en français ce que représente cette mutilation anglo française qu’est le « wait marketing » et puis préciser, pour les gens fiers d’utiliser un vocabulaire qui fait qu’ils se sentent supérieurs aux autres, que c’est du « wait marketing ».

    Donc :

    « Une opération ponctuelle certes, mais très efficace et permettant une très belle opération de explication en français (« wait marketing »). »

  2. Pierre Ayroles 07 Fév 2011 à 11:18

    Bonjour Olivier,
    j’avoue ne pas avoir relu mon article après publication, mais ne suis pour autant pas d’accord avec vos propos. La seule chose qui me dérange dans cette phrase est l’énorme répétition du mot « opération » que je vais d’ailleurs corriger.
    Pour ce qui est de l’utilisation d’impactante et de wait marketing, je reconnais qu’il s’agit d’une « mutilation anglo française » mais je considère ces termes comme faisant partie du jargon publicitaire.
    Mon lectorat est principalement issu d’agences de publicité et entend parfaitement ces termes qui sont entrés dans son langage.
    Pour aller un peu plus loin, je vais défendre les deux termes employés.

    « impactante » : vous me proposez de remplacer ce terme par le mot « efficace » ce qui pour moi est ridicule puisque les deux mots n’ont pas du tout le même signification. Impactante ne prend absolument pas en compte la performance de la campagne, il s’agit simplement d’un effet visuel accrocheur ; le mot « efficace » n’est donc pas judicieux.

    « wait marketing » : je tiens tout d’abord à exprimer mon désarrois face à des gens qui considèrent que seuls les personnes ayant la volonté de se sentir supérieur ont l’envie d’utiliser des termes de jargon. Et en mettant votre jugement de valeur de côté, sachez que l’expression « wait marketing » est une expression consacrée que j’ai expliquée dans cet article (que vous pouvez découvrir en cliquant sur le mot dans l’article) :

    http://www.paper-plane.fr/2010/02/ambient-vitamine

    Pour conclure, il s’agit d’un blog spécialisé s’adressant à une communauté spécialiste du secteur qui comprend parfaitement tous ces termes. Leur expliquer serait comme si l’Equipe décrivait dans tous ses articles les règles du sport dont il est question.

  3. C’est avec une horreur absolument indescriptible, insondable et aussi profonde qu’irrascible que je me dois de dire que tu as raison : « wait marketing » peut être accepté par toute cette pléthore grandissante (à mon grand dam) de gens qui se sentent dans l’obligation d’utiliser des termes encore inconnus du dictionnaire français, et dont la signification est inconnue du dictionnaire anglais, afin de pouvoir vendre.
    Effectivement, être un bon vendeur c’est être un bon menteur. Et quoi de plus efficace que de noyer le poisson dans la soupe en sortant des termes qui ne se rapprochent que d’une chose : du mensonge (oui, ils n’existent pas, ils ne sont pas vrais, donc il ne disent rien de vrai… donc ils mentent) ?
    Donc, moi qui suis depuis plus de quinze ans avec des ordinateurs, et presque uniquement qu’avec des ordinateurs, j’ai pris l’habitude de ne dire que des choses précises et claires : en effet, tant qu’on n’est pas parfaitement clair avec la machine, elle refuse d’obéir. C’est l’opposé du commercial, et de la vente (ou du « marketing », déformation là aussi désolante mais devenue usuelle).

    Donc, oui, je ne peux pas m’empêcher de critiquer vertement un texte qui est écrit avec un français comme le pain, soit bon et généreux (ou comme la nourrice de ma fille mais c’est une autre histoire), parce que c’est tellement rare et appréciable que la première idée qui me soit venue à l’esprit c’est : « mais bon sang il est fort, il écrit bien, tout le site est soigné, pourquoi l’abime-t-il avec ces expressions qui m’insupportent, et qui sont, comme tu l’as toi-même confirmé, des « mutilations anglo françaises » ?

    Enfin, je suis terriblement attristé par le fait que tu aies décidé que ce blog soit spécialisé. Dans ce cas, pour essayer de s’ouvrir à un maximum de personnes, pourquoi, lors de l’utilisation de termes tels que « wait marketing », ne pas mettre une étoile et quand on clique sur cette dernière, cela nous envoie vers un article dédié aux débutants dans lequel des définitiions de ces expressions sont expliquées ? Voilà une proposition qu’elle est constructive même si elle va à l’encontre de mes principes (parce que cette proposition signifierait que je serais d’accord pour laisser ces termes là où ils sont) !

    Enfin pour terminer : non, non, non, non, non, non, non, et re non : impacter est un massacre, une ineptie, une horreur sans nom qui me met et me mettra toujours hors de moi : c’est aussi laid que peu français, c’est dire si c’est peu français ! Alors au lieu d’utiliser ce mot, il est tout à fait possible de reformuler la phrase afin qu’elle ait autant d’impact (l’utilisation est adéquate ici) que son objectif premier !

    A bientôt !

    Olivier

  4. Je n’avais jamais entendu (ni lu) l’expression « wait marketing » et je la trouve excellente. Quant aux débats sur la langue française je propose plutôt d’attaquer Carrefour en justice quand il y a plus de 15 ans ils sortaient : « avec Carrefour je positive ». Aujourd’hui on positive tous et c’est plutôt cool.

    Pour concilier les 2, je vous rappelle l’excellente campagne anglaise « save the words ». Quant à moi je suis pour le retour de « Bon sang de bois ».

    Merci quand même à vous deux dans tous les cas de répandre la bonne nouvelle dans chacun de vos domaines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Hormis "Site Web", tous les champs sont obligatoires.