Jambe cassée

L’association turque de défense des femmes battues Mor Cati a confié sa communication à l’agence TBWA/ISTANBUL. L’idée de l’agence repose sur la volonté de prouver un fait simple : seuls les hommes sont violents par nature. Des affichages déformatés mettant en avant des femmes heureuses furent ainsi disposées dans les rues d’Istanbul.
L’affichage déformaté n’est pas ici un moyen de communication, il est un outil de preuve. En effet, des caméras cachées filment les réactions des passants, et immortalisent tous ceux qui ont détruit les jambes et les bras de ces femmes de carton. Bien entendu, un message est caché derrière le membre arraché.
Cette opération joue intelligemment sur un comportement de destruction et nous prouve au travers de ça que les opérations spéciales menées par les régies publicitaires sont – malgré ce qu’ils en disent – bien souvent cassées ou arrachées.

source : Coloribus

4 commentaires

  1. Elle n’aurait pas fait un pli avec toi en effet. Question était-il possible de prendre le perso en carton en entier, y a un public pour ça … ^^

  2. bon c’est bien beau tout ça,

    mais je pense qu’on est d’accord sur le fait que l’opération donne un défouloire à la cible plutôt que de lui adresser un discours…
    parce qu’on le voit sur la video, l’homme -ce destructeur par nature – défonce le mannequin carton et s’en va. justement il ne reste pas aux petits soins, et ne peut donc pas lire le message qui se cache sous la jambe.

    après avoir potassé un peu de polonais l’an passé, pourrais tu t’initier au turc, j’aimerais savoir ce qui est inscrit sous la jambe, et quelle est l’accroche…

    à plus

  3. Pierre Ayroles 06 Mai 2010 à 10:06

    Complètement d’accord, d’autant que les « déformatages » sont placés dans des endroits plutôt gênants (trottoir exigu…).
    Finalement ce que je trouve cocasse c’est que c’est la cible même qui permet au message d’apparaître. Le point négatif est bien entendu qu’ils ne lisent absolument pas ce qui est écrit (la petite montée d’adrénaline doit très certainement jouer).

    Pour ce qui est de la traduction du message, siddeti degil se traduit par « la violence n’est pas ».

    Pour comprendre le message il faut traduire l’accroche originellement visible (ozgurlugun yasamak istiyorum : je veux la liberté de vivre).

    En conclusion un message on ne peut plus basique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Hormis "Site Web", tous les champs sont obligatoires.